Châtaigne et marron : Comprendre les différences

La Nature de Près > Blog > Châtaigne et marron : Comprendre les différences

Automne rime souvent avec saison des châtaignes et marrons, ces fruits savoureux et emblématiques qui font le bonheur des gourmands. Mais savez-vous vraiment faire la différence entre ces deux termes ? Châtaigne et marron sont parfois utilisés de façon interchangeable, alors qu’ils recouvrent en réalité des réalités distinctes. Décryptage.

Distinction entre châtaigne et marron selon les botanistes

Selon les botanistes, la différence entre châtaigne et marron réside essentiellement dans l’espèce de l’arbre à partir duquel ils proviennent. Alors que la châtaigne est issue du châtaignier commun (Castanea sativa), le marron est le fruit du châtaignier cultivé, une sous-variété obtenue grâce à un processus de sélection mené depuis des siècles par l’homme pour améliorer certaines caractéristiques de l’arbre et de ses fruits.

Le châtaignier commun

Le châtaignier commun est un arbre rustique, originaire d’Europe méridionale et d’Asie Mineure. Il a été introduit dans d’autres régions du monde au fil des siècles, notamment en Amérique du Nord, où il a malheureusement subi les ravages causés par une maladie fongique appelée chancre du châtaignier. Les fruits de cette espèce, les châtaignes, sont caractérisés par une enveloppe épaisse et verte, avec des petits pics espacés. Ils sont assez petits et présentent généralement une forme irrégulière.

Le châtaignier cultivé

Le marron est donc le fruit d’un châtaignier cultivé, qui a été sélectionné pour ses qualités gustatives supérieures et la grosseur de ses fruits. Ceux-ci sont en effet plus gros que les châtaignes sauvages et ont une forme plus régulière. Le marron se distingue également par une enveloppe moins épineuse et moins épaisse que celle de la châtaigne, ce qui le rend plus facile à récolter et à manipuler. Toutefois, marrons et châtaignes partagent certaines caractéristiques, comme leur goût délicatement sucré et leur teneur élevée en glucides, notamment en amidon.

Différences morphologiques entre châtaigne et marron

Certains signes permettent de distinguer les châtaignes des marrons à l’œil nu, même si ces indices ne sont pas toujours faciles à repérer. Il convient toutefois de noter que la frontière entre châtaignes et marrons n’est pas toujours aussi tranchée qu’il n’y paraît, notamment parce que certains marrons peuvent présenter des caractéristiques proches de celles des châtaignes selon les conditions de culture et l’arbre dont ils proviennent.

La forme des fruits

Les châtaignes ont généralement une forme irrégulière, bombée d’un côté et aplatie de l’autre, avec un sommet plus ou moins pointu. À l’inverse, les marrons sont souvent plus ronds et présentent une surface plus lisse et homogène. Leur sommet est également moins marqué que celui des châtaignes.

L’enveloppe des fruits

Comme mentionné précédemment, l’enveloppe épineuse qui entoure les fruits constitue également un indice pour distinguer châtaignes et marrons. Cette enveloppe, appelée bogue, est plus épaisse et verte chez la châtaigne, alors qu’elle est plus fine et de couleur plus claire chez le marron. Les petits pics présents sur cette bogue sont espacés et recourbés vers l’extérieur dans le cas des châtaignes, tandis qu’ils sont plus courts et rapprochés chez les marrons.

Le nombre de fruits par bogue

Un autre critère distinctif concerne le nombre de fruits contenus dans chaque bogue : alors que les châtaignes se trouvent généralement en groupes de deux à quatre fruits par bogue, les marrons sont souvent isolés, avec un seul fruit par bogue. Toutefois, il arrive parfois que certains marrons soient accompagnés d’un ou deux autres fruits plus petits, appelés marrons « bouchés », qui sont moins prisés culinairement.

Utilisations culinaires des châtaignes et marrons

En cuisine, châtaignes et marrons peuvent souvent être utilisés de manière interchangeable, bien que les marrons soient généralement préférés pour la confection de certaines préparations spécifiques en raison de leur taille et de leur goût. Voici quelques exemples d’utilisation de ces deux fruits :

  • Marrons glacés : cette spécialité française est réalisée à partir de marrons cuits dans un sirop de sucre et ensuite enrobés de glace. Les marrons sont ici privilégiés en raison de leur grosseur, mais aussi parce qu’ils sont plus faciles à éplucher que les châtaignes.
  • Purée de châtaignes ou de marrons : idéale pour accompagner les viandes comme le gibier, la purée de châtaignes peut également être réalisée avec des marrons pour des recettes plus onctueuses et savoureuses.
  • Grillades de châtaignes et marrons : ces deux fruits peuvent être grillés ou rôtis sur un feu de bois, après avoir été incisés pour éviter qu’ils n’éclatent à la cuisson. Les châtaignes sauvages ont l’avantage d’être plus charnues et parfumées, tandis que les marrons se prêtent mieux à une cuisson longue et douce pour développer toute leur saveur.

Enfin, il est intéressant de noter que les châtaignes et les marrons ont également des utilisations non alimentaires. Par exemple, certains cultivars de châtaignes sont recherchés pour leur bois, tandis que les marrons peuvent être employés dans la composition d’onguents pharmaceutiques en raison de leurs vertus anti-inflammatoires et vasodilatatrices.